L'Abbaye Notre Dame de Fontgombault

L'Abbaye Notre Dame de Fontgombault, universellement connue, est un haut lieu de prière où vivent des moines bénédictins de la Congrégation de Saint Pierre de Solesmes. Son hôtellerie monastique permet aux personnes le souhaitant, d’y faire une retraite en profitant des offices monastiques et du silence des lieux. Entre autres activités, telles que divers artisanats de poterie de grès, d’émaux ou d’icônes authentiques, les moines exploitent eux-mêmes leur domaine rural en pratiquant l'élevage, l'agriculture, l’arboriculture ou le maraîchage.

Adresse :
Abbaye Notre Dame de Fontgombault 36220 FONTGOMBAULT
Tel. : 02.54.37.12.03 ou Fax. : 02.54.37.12.56

Pour une retraite spirituelle à l'abbaye, s'adresser au Père Hôtelier à l'adresse : retraites-fgt@orange.fr

Les prières : 

Une grand- messe est chantée en grégorien chaque jour à 10H.

Les vêpres sont célébrées :
lundi - mardi - mercredi - vendredi et samedi à 18H
jeudi à 15H45 (du 3 mai au 14 septembre) et 18H (le reste de l'année)
dimanche et jour férié à 17H

Les visites : 

Seule l'église abbatiale se visite, de 9H à 13H et de 14H à 19H. Des objets religieux sont vendus à la porterie. Vous y trouverez des chapelets et médailles, des livres, des émaux, des CD de chants religieux, des DVD etc. Un magasin attenant propose aux mêmes heures sauf le dimanche et jours de fêtes de 10H à 12H, des fabrications de l’Abbaye : poteries de grès, icônes, émaux, œufs, fromage, etc. Un magasin de produits monastiques proche de la ferme de l’Abbaye propose des produits de l'artisanat provenant de divers monastères, tels que vins, liqueurs, miel, confitures, confiseries et même des produits de beauté et des produits diététiques. Heures d’ouverture variables, se renseigner au préalable.

L'histoire : 

Aux 12 ème et 13 ème siècles l'Abbaye se développe considérablement avec la fondation d'une vingtaine de prieurés. "Au 15ème siècle, les abbés de Fontgombault contribuent avec les Abbayes de Saint-Cyran et de Méobecq au développement de la pisciculture en Brenne par la création de nombreux étangs. Pillée et dévastée par les Calvinistes en 1569, l'Abbaye est restaurée à la fin du siècle suivant par le Grand Prieur Dom Andrieu. En 1741, la communauté des Bénédictins, réduite à cinq membres, est remplacée par des Lazaristes, qui fondent un séminaire et missionnent dans la région."

En 1791, lors de la Révolution française, l'Abbaye fut vendue comme "bien national". Les emblèmes féodaux furent détruits, et les couvertures du chœur de l’abbatiale, seul restauré alors, démontées et vendues, tandis que les pierres de la nef toujours en ruine furent elles aussi mises à prix. L'Abbaye appartiendra ensuite à plusieurs familles avant d'être rachetée par les moines Trappistes en 1849. Ils s'y installèrent afin de sauver de la destruction le vieux monastère. Aidés par une colonie agricole, ils défrichèrent une grande partie des terres du monastère qu’ils exploitèrent eux-mêmes. Afin de remonter les finances de l'Abbaye, les Trappistes créèrent en 1899 une distillerie de kirsch. Cette petite industrie, florissante dans ses débuts, fut vendue à la fermeture du monastère.


Les travaux agricoles

Après plus de cinquante ans consacrés à la reconstruction de l’abbatiale, la dédicace liturgique fut interdite par le pouvoir. En 1904, les lois anti-congréganistes obligèrent les moines Trappistes à s'exiler aux États-Unis où ils construisirent un monastère. Les religieux de Fontgombault qui ne partirent pas furent répartis dans diverses Trappes de France.

En 1905, Louis Bonjean, avocat à la cour d'appel de Paris, racheta la demeure monastique et ses dépendances pour la sauver d'une nouvelle destruction. Il créa une fabrique de boutons, une cité ouvrière, un journal ainsi qu'une école...

De 1915 à 1918 : les bâtiments sont aménagés en hôpital militaire pour les blessés de l'armée belge. De 1919 à 1948, c'est un séminaire inter-diocésain pour vocations tardives qui s'établit dans une partie des bâtiments. Pendant trente ans, le séminaire Saint-Martin de Fontgombault forma des prêtres pour plusieurs diocèses. L'enseignement intensif et de qualité lui valut une excellente réputation. Cependant, après la deuxième guerre mondiale, des établissements similaires ayant été créés, l'effectif des élèves a progressivement chuté et le séminaire a été obligé de fermer ses portes.

 


Le jeune clergé enseignant aux classes sociales

En 1948, l'Abbaye redevint bénédictine avec l'installation de 22 moines venus de l'Abbaye de Solesmes. Le monastère retrouva son titre abbatial en 1953. La communauté monastique s’accroissant, plusieurs nouveaux monastères furent fondés : Notre-Dame de Randol près de Clermont-Ferrand en 1971, Notre- Dame de Triors dans la Drôme en 1984, Notre-Dame de Gaussan (aujourd’hui situé à Donezan dans l’Ariège) en 1994, Notre-Dame de Clear Creek dans l’Oklahoma, aux Etats-Unis en 1999. Enfin en 2013, un groupe de moine releva l’abbaye Saint-Paul de Wisques, dans le Pas-de-Calais, qui menaçait de fermer faute de recrutement. Les travaux de restauration de l'Abbaye Notre-Dame de Fontgombault se poursuivirent : après la construction d’un bâtiment d’hôtellerie, eut lieu la restauration de la sacristie et du réfectoire, le remplacement du vitrail du pignon ouest de l’abbatiale et enfin la construction d'un grand orgue.
Le 9ème centenaire de l'Abbaye a été célébré en 1991.

D'après l'ouvrage "L'Abbaye Royale Notre-dame de Fontgombault" rédigé par Dom Jacques de BASCHER aux éditions P.OUDIN